BRIDJ, le Uber des transports en commun

 

BRIDJ

 

BRIDJ est une startup américaine qui souhaite révolutionner les transports en commun en les rendants plus personnels !

En 2009, Uber faisait ses premiers pas en mettant à porté d’application les chauffeurs privés pour tous. La start-up américaine a révolutionné le transport individuel en quelques années, inspirant dans son sillon de nombreuse sociétés et créant quasi ex-nihilo le secteur des VTC tout en s’invitant au premier plan de la scène médiatique subissant les critiques d’une profession … une profession.

De la même manière BRIDJ par d’un constat simple, beaucoup de gens utilisent les transports en commun pour aller de leur domicile à leur lieu de travail. Les transports en communs ont leurs avantages, mais sont peu fiables, souvent très utilisés aux horaires de pointes (d’où l’appellation horaire de pointe #captainobvious), et peu adaptés pour travaillé durant le trajet. Encore pire ils sont en commun donc le tracé de la ligne ne correspond pas forcement à votre trajet personnel.

Bridj

Réinventer les transports en commun 

Matthew Georges, jeune diplômé de 23 ans s’est mis en tête de révolutionner les transports en commun.

Pour répondre aux maux des transports en communs actuels il a deux grandes pistes d’amélioration :

  • Plus de confort grâce à des bus premium, équipés de wifi, avec de larges sièges en cuir permettant aux personnes de travailler pendant leurs trajets.
  • Des trajets plus intelligents en recoupant les données des utilisateurs grâce aux Big Data

Le tout accessible depuis une application avec la promesse de trajet entre 5$ et 8$.

Lancé en version beta à Boston en avril dernier, Matthews cherchait 350 utilisateurs pour essayer son service, il a recu pas moins de 1000 demandes en 24h, 3000 en 48h.

Basé sur l’analyse des datas, le service se analysera les lieux de résidences et de travail de ses utilisateurs ainsi que leurs horaires, il deviendra de plus en plus intelligent au fur et à mesure qu’il séduira de nouveaux utilisateurs. De plus l’application planifie également d’utiliser Foursquare, Twitter ou Facebook pour éviter les lieux à risques tel qu’une manifestation ou un événement sportif qui ralentiraient le trajet.

 

 

Matthews assure qu’il va fluidifier les transports, par exemple un trajet de Coolidge Corner à Kendall Square prendrais 18 minutes avec son service contre 50 minutes avec les transports en communs traditionnels. De quoi laisser rêveur en ces temps de grèves des transports en communs.

Le projet a déjà sut séduire les investisseurs, puisqu’il a déjà levé 3 millions de dollars auprès d’investisseurs privés.